Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Revue de presse > Hauts-de-Seine : un contrôle de police dégénère à Villeneuve-la-Garenne

Hauts-de-Seine : un contrôle de police dégénère à Villeneuve-la-Garenne

Le 20 juillet 2018
Un homme a été sérieusement blessé par un tir de flash-ball de la police, qui a aussi utilisé pistolets à impulsion électrique, bombes lacrymogènes et grenades de désencerclement samedi soir.

"C’était un simple contrôle de police. Qui a dégénéré au point de faire trois blessés, dont un très sérieusement, samedi soir, avenue Jean-Moulin, à Villeneuve-la-Garenne. Un homme de 34 ans a reçu un tir de flash-ball dans la joue

Avant ce tir, en partie filmé par des témoins du long face-à-face entre plusieurs habitants de la cité de La Caravelle et les forces de l’ordre, présentes en nombre, il y eut donc ce contrôle routier. Celui d’un jeune homme qui rejoignait la salle de la Fosse aux astres, où était organisée la soirée de l’Association des Africains des Hauts-de-Seine (AA92), structure historique de La Caravelle.

Médiateur de l’association AA92, un autre homme, 34 ans, tombe sur le jeune automobiliste aux prises avec les policiers. « Je leur dis que ce n’est pas la peine d’être agressif, raconte le médiateur. Le flic m’attrape par le cou. J’enlève ses mains. Et direct, un coup de gazeuse. »

Le ton monte. Et comme le montrent plusieurs séquences filmées, certains policiers déclenchent volontiers leurs bombes lacrymogènes. Puis dégainent le Taser, le pistolet à impulsion électrique. « Au premier coup, j’ai crié hyper fort. Je suis tombé, j’ai été retasé (sic) et après menotté puis embarqué dans la voiture. Là aussi, ça s’est mal passé. » 

Son frère, bénévole de l’association, a aussi été placé en garde à vue. « J’ai vu que mon frère était par terre avec des policiers autour de lui. D’autres sont venus vers moi, je les ai repoussés. J’ai reçu un premier coup de Taser dans les abdos, je suis tombé et j’ai reçu une nouvelle décharge au même endroit. » Quant à leur ami Alfoussen, blessé à la bouche, il s’est rendu sur le lieu de l’altercation pour savoir ce qu’il se passait. « Il a poussé les policiers qui étaient sur Souleymane, raconte son frère. Un s’est approché, il a sorti son flash-ball, et boum. » C’est ce projectile qui a atteint la victime à la joue."

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Revue de presse